Dans chaque page du site en cliquant sur ce logo on revient à la page d'Accueil. Logo Atelier d'écriture Emmanuel Bing.

La lettre de l'atelier

31

mercredi 12 juillet 2017

Sur le chemin blanc

 

Des bruits de pas sur le chemin caillouteux blanc poudreux sous le soleil ; nous montons doucement vers les ruines et l'ancien village du château de Béconne, on suit le chemin qui fait une grande boucle en pente douce ; dans le fond de la vallée le Lez est presque sec ; on entend la cloche grêle de la petite église de la Roche Saint-Secret ; il y a les fumées de lavande, au loin, de la petite usine au bord de la route ; le maire tient une épicerie, mais la plupart de sa marchandise est périmée ; on entend des grillons, des cigales ; les genêts en fleurs aux tiges vertes et grasses sur le bord du chemin ; plus loin les premières yeuses qui ont envahi le village ; serait-on chevalier d'autrefois, montant vers la haute tour, et à travers les buissons on verrait quelque fée, ou quelque lutin vers le soir ; dans la courbe de la vallée le champ de lavande est immense, terriblement habité d'insectes bourdonnants ; sous les pierres, parfois, tout au bord, on entend le froissement d'un serpent, couleuvre ou vipère, sur une feuille sèche ; il faut faire du bruit, taper un peu sur le sol de son bâton, traîner le pied sur le caillou blanc ; elle me suit, elle me précède, elle rit ! Elle est joyeuse dans sa robe de dentelles blanches !... Elle est la paysanne même, un jour d'été, elle est la princesse de la tour, elle est la fille rieuse qui attend, à l'ombre des arbres, que je gravisse le dernier bout du chemin ! Elle est maintenant sérieuse, poétique, fantasque, broussaille aussi, et feu et folie, elle agite son foulard de soie rouge et bleu, disparaît derrière un mur ! Elle est la présence même, elle écoute mon récit, l'interrompt, s'enfuit, elle n'écoute plus, puis assise sur un muret de pierre grise maintenant elle veut savoir, et puis elle ne veut plus savoir ; elle est elle-même, et toujours une autre, et toujours la même ; je sais le petit chemin qui court, raide, au bout du piton, derrière les restes du mur de pierre troué par je ne sais quelle ancienne guerre, et qui descend tout droit dans la vallée, pour finir à la source, d'où jaillit, au bout d'un tuyau de fer, une eau fraîche et vive, comme une eau

de l'enfance et de l'amour ; là-haut, cependant, point d'eau : les villageois devaient porter leurs seaux, un puits peut-être, plus loin, dans les ronces inextricables ; l'odeur du thym qu'il faut cueillir, les bruyères et les mousses, les coins d'ombres, les traces de passage ; je rêvais des mains anciennes qui avaient touché ces murs, enfants, jeunes filles, vieillards, paysans ; je connaissais la rudesse de l'hiver dans cette région provençale, les chaleurs de l'été, la violence du mistral, l'étrangeté des hommes et des femmes.

C'était là soudain le lieu d'une femme, lieu qu'elle semblait épouser sans le connaître parce qu'il était mien, et que peut-être alors, pris dans le mouvement même de mon émotion, je savais la transporter au cœur de mon rêve, dans sa puissante réalité, et peut-être pouvais-je, de façon fugitive, sembler quelque Merlin lui désignant des fées furtives.

 

La tour est écroulée à demi, il n'y a plus guère de secrets à découvrir, de caves à explorer, que le passé lointain maintenant, restent le vent, le temps sec, les odeurs subtiles, le Lez, le dos sombre de la montagne de la Lance, là-haut dans la brume et la chaleur. Dans des lieux de cet ordre, si simples, si évidents, si forts également, peuvent parfois se confondre les rêves et la réalité.

C'est souvent de ce lieu que j'écris, et je ne sais s'il ne me garde pas en mémoire plus encore que je ne le garde, lui.

Emmanuel Bing - 12 juillet 2017

 

Cet été nous avons l'honneur d'exposer nos installations, et les peintures de ma compagne, dans la très belle salle de l'Espace Saint-Jean à Melun, 400m2 d'exposition que nous vous proposons de découvrir, pour ceux que cela intéresse, pendant les semaines d'écriture. On peut voir une présentation de l'exposition sur :

http://roisdor.le-labyrinthe.fr

En savoir plus...

Rêveset réalités
12 au 16 août 2017 (5 jours)

 

Les rêves sous toutes leurs formes ont toujours accompagné la littérature, l'écriture, la pensée, porteurs de messages à déchiffrer, interpréter, ou parfois à cueillir comme tels sans les interroger, mais propices à l'imaginaire, voie royale absolument pour puiser à nos sources de nouvelles pistes, dans ce remaniement perpétuel des images et du sens. Le contrepoint de la réalité nous permettra de prendre la mesure d'une certaine distance, celle qui vient s'inscrire au creux du désir, une distance que l'on pourrait régler par la quantité d'imaginaire que l'on injecte dans l'écriture... LIRE LA SUITE

 

à la Grange aux Dîmes

 

inscriptions

Vous pouvez vous inscrire directement sur le site avec votre Carte Bancaire, ou par courrier en renvoyant le bulletin d'inscription accompagné de votre chèque. N'hésitez pas à m'appeler pour toute question. Il est également possible de rejoindre l'atelier par mail à tout moment. Pour les réinscriptions aux ateliers il vous suffit d'effectuer votre règlement par PayPal. Dans tous les cas n'oubliez pas de confirmer votre participation. Merci et à très bientôt dans l'un de ces ateliers !
Renseignements complémentaires sur le site :

 http://www.atelier-bing.fr

 

Emmanuel Bing5 rue Tiphaine - 75015 PARIS01 45 79 63 26
emmanuel.bing@atelier-bing.fr